Améliorer la Mémorisation dans les Présentations

Vidéo non disponible ! Réessayez plus tard
Cette vidéo fait partie de la formation
Créer des présentations impactantes
Revoir le teaser Je m'abonne
5,0
Transcription

Cette leçon fait partie de la formation
59,00€ Je commande

Formation incluse dans l'abonnement Elephorm Je m'abonne à Elephorm

DescriptionProgrammeAvis
5,0
Cette leçon fait partie de la formation
59,00€ Je commande

Formation incluse dans l'abonnement Elephorm Je m'abonne à Elephorm

Décrire comment des techniques comme l'intégration d'éléments visuels et l'importance du narrateur peuvent améliorer la mémorisation de l'information.

Une exploration des techniques de mémorisation basée sur la manière dont le cerveau interprète l'information, en se concentrant sur l'importance des éléments visuels et du rôle du narrateur.

La mémorisation à moyen et long terme est influencée par plusieurs facteurs, y compris le moment de la journée où une réunion a lieu, les aspects chronobiologiques, et la méthode de présentation. Si vous ne faites que lire des informations dans une diapositive, vous ne pouvez espérer qu'un taux de mémorisation de 10 % après 72 heures.

En ajoutant des éléments visuels à votre présentation, vous pouvez augmenter ce taux à 30 %. Le rôle du narrateur est également crucial, car en expliquant et en racontant une histoire adaptée à la présentation, on atteint un taux de mémorisation de 60 %. Enfin, l'ajout de l'action peut permettre de maximiser ce taux à environ 80-90 %, rendant ainsi l'information beaucoup plus mémorisable.

Voir plus
Questions réponses
Quel est le taux de mémorisation après 72 heures si on ne fait que lire des informations dans une diapositive ?
Le taux de mémorisation est de 10 %.
Comment augment-t-on la mémorisation à 30 %?
En ajoutant des éléments visuels à la présentation.
Quel rôle joue le narrateur dans l'amélioration de la mémorisation ?
Le narrateur ajoute une couche supplémentaire d'explication et de narration, ce qui peut augmenter le taux de mémorisation à 60 %.
Une fois que vous connaissez la manière dont le cerveau interprète l'information, qu'il soit néocortex ou limbique, il faut aussi vous pencher sur la question de la mémorisation à moyen et à long terme. Le créneau, c'est environ 72 heures. 72 heures, vous l'avez noté, c'est trois jours, et ça va dépendre aussi du moment où la réunion a lieu. Une réunion qui aura lieu un vendredi après-midi, évidemment, est peut-être plus difficile à caler qu'une réunion qui aura lieu le mardi matin. Donc, tous ces éléments-là, qui sont liés à des problématiques aussi chrono-biologiques, tout simplement, peuvent avoir des conséquences sur la mémorisation à moyen et à long terme. Alors, en tous les cas, il y a déjà un truc qui est fondamental, c'est que si vous ne faites que lire des informations dans une présentation, et là, on peut faire un petit jeu si vous le souhaitez, je peux vous laisser le temps de la réflexion. Selon vous, quel est le pourcentage de mémorisation, au bout de 72 heures, naturellement, si vous ne faites que lire des informations dans une diapo ? Lire veut dire « j'ai une multitude de lignes de texte, je n'ai pas d'image, je n'ai que du texte ». Quel serait, selon vous, le pourcentage de mémorisation ? Je vais vous l'afficher. Et donc, vous voyez que j'utilise pour la même occasion une petite animation simplissime, de taux de remplissage, avec un affichage de la valeur. Vous voyez, je commence à résonner autour du néocortex, qui, lui, ne se contentera pas d'un petit curseur qui monte à 10%, mais qui aura aussi besoin de connaître la statistique exacte. Donc là, vous voyez que dans mon animation simple, je fais à la fois plaisir au néocortex, en donnant une statistique précise, mais je fais également plaisir au limbic, qui aime le jeu, l'animation, la métaphore. Donc, on commence à mettre en place ce qu'on est en train de dire, sous la forme d'une animation simple. Si je reviens sur mon sujet principal, qui est « qu'est-ce que je mémorise après 72 heures ? », eh bien, vous voyez que malheureusement, en termes d'efficacité, la lecture et la simple lecture d'une présentation ne représentent que 10% de mémorisation. Alors, on aurait pu prendre le problème dans l'autre sens, et avoir une vision un peu plus dramatique de la question, en mettant 90% de perte d'information après 72 heures, si on ne fait que lire des informations dans une présentation. Finalement, ce qu'il va falloir rajouter, c'est du visuel, qui lui va permettre une mémorisation à 30%. C'est le cumul des deux éléments qui va favoriser le chiffre intéressant. Tous les sens s'additionnent, si vous voulez. Donc, la lecture est pour 10% dans la mémorisation, et le voir, 30% dans la mémorisation. Ce que vous pourrez retenir dans cette histoire-là, c'est que, finalement, pour capter l'attention et faciliter la mémorisation, il faut tenir compte du fait que le visuel surpasse les autres sens. Le visuel surpasse les autres sens. Alors, est-ce qu'on est pour autant accro aux écrans ? Oui, on peut le dire. Il suffit de regarder un petit peu les gens dans la rue, dans le train, dans les transports, et ainsi de suite. Et c'est vrai que le cerveau, quelque part, raffole des images. Donc, si on additionne une notion de lecture plus une notion de visualisation, on commence à obtenir un pourcentage qui est un peu plus intéressant. Pour autant, est-ce que le résultat est satisfaisant ? Certes, non. Donc, on va rajouter à cela le rôle du narrateur. Le rôle du narrateur, c'est justement de transmettre une information orale, autant que possible, si le contexte le permet. Ça fait partie des quatre questions qu'on a abordées dans un sujet précédent. Donc, voir plus entendre, autrement dit, le narrateur est capable d'expliquer ce qu'il montre dans sa présentation par sa narration, par l'histoire qu'il raconte. Et là, il faudrait évidemment être prudent de ne pas tomber dans un des pièges qui sera évoqué un peu plus tard, à savoir que le narrateur n'est pas là pour lire seulement ce qui est affiché dans la diapo. Sinon, quelle est la valeur ajoutée du narrateur s'il ne fait que lire une diapo existante ? Donc, on a bien compris, je le précise encore une fois, que le rôle du narrateur, ici, est de rajouter l'information orale qui n'est pas déjà intégrée dans la présentation ou dans la diapositive. Et là, l'entendre apporte une mémorisation plus efficace puisqu'on arrive à 60%. Ça commence à devenir intéressant. Et puis, un dernier levier que je vous invite à bien prendre en compte, qu'on a déjà évoqué d'ailleurs dans les séquences précédentes, c'est l'action. L'action, c'est un des leviers d'une communication réussie. Et cette action, je vous rappelle qu'il est important de l'intégrer aussi bien pendant votre présentation qu'à l'issue de la présentation pour engager, impliquer. Et l'action est un élément favorisant la mémorisation à moyen et à long terme. Donc, l'addition de tous ces sens, finalement, si vous arrivez à les intégrer au sein de votre présentation, peut vous permettre un taux de retour de mémorisation qui est assez intéressant, de l'ordre de 80 à 90%. Donc, vous commencez à voir un petit peu où je veux en venir dans mes projections, dans les séquences qui suivront. À savoir que dans une diapositive dans laquelle il n'y aurait que du texte ou trop de texte, par exemple, on est sur un facteur de mémorisation qui est extrêmement désastreux, pour ne pas dire catastrophique, et qu'il va falloir évidemment un petit peu affiner tout ça.

Programme détaillé

2 commentaires
5,0
2 votes
5
4
3
2
1
19909615-7619-48CB-8C01-AA851D7AEEE0@cyberlibris.studi.fr
Il y a 1 month
Commentaire
excellent travail
charlatchristian
Il y a 1 month
Commentaire
Excellente formation, explications claires, pertinentes, opérationnelles.
Formation qui m'a été utile.
Nos dernières formations PowerPoint

éditeur de vidéos pédagogiques

Des supports pédagogiques en vidéo, produits avec les meilleurs experts. Dans nos studios à Paris, Lyon ou Montpellier. Vous souhaitez travailler avec nous ?
image-micro